Le duc de Morny

« Le duc de Morny se meurt, le duc de Morny est mort. » La fameuse apostrophe de Bossuet dans l’oraison funèbre d’Henriette d’Angleterre – « Madame se meurt, Madame est morte » – pourrait venir à l’esprit des intimes et des proches durant ces premiers jours de mars 1865. Le vendredi 10, la disparition soudaine de « Monsieur », le deuxième personnage de l’Empire, au sommet de sa puissance, de sa richesse et de sa gloire, alors que le régime en dépit des difficultés paraît établi pour longtemps, résonne comme un coup de tonnerre dans un ciel serein. L’homme, dans la force de l’âge de ses cinquan

La bataille de Wissembourg

Pour l’Allemagne et pour la France, Wissembourg apparaît à l’aube de l’année 1870 comme une ville mythique dont l’occupation montre la possession et les droits sur cette région. Pour la France, son occupation est le signal d’une invasion imminente.
Par Abel Douay et Gérard Hertault

Peu de conflits européens ont épargné Wissembourg située sur la route des grandes invasions vers l’Ouest, depuis l’époque romaine. À tel point que la ville et ses environs ont acquis une tradition de résistance non violente mais intelligente et efficace, évitant autant que possible les représailles sur la population …

Napoléon III N°15

Napoléon III magazine n°15

Le dossier de Napoléon III N°15 aborde la bataille de Wissembourg (4 août 1870), défaite française qui sonna le glas de l’Empire. Egalement au sommaire, un portrait du roi Jérôme et de la princesse Napoléon Baciocchi, la collection Campana et les micro-prêts de la Société du Prince impérial.

Le sommaire complet du N°15 (juil-août-sept 2011)

A la Une : La bataille de Wissembourg
> Les préparatifs
> Les combats du 4 août 1870
> L’exploitation d’un mythe

Ephémérides de juillet-août-septembre 1861
L’achat de la collection Campana
La princesse Napoléon Baciocchi
Plébiscites et principes dy …

Fontainebleau à Bordeaux

Le musée des Arts décoratifs de Bordeaux organise du 9 décembre 2011 au 5 mars 2012, une exposition intitulée « Napoléon III et Eugénie reçoivent au château de Fontainebleau » qui présente environ 170 oeuvres (peintures, objets, meubles…), prêtées par le château de Fontainebleau, qui permettent d’évoquer autour des deux portraits du couple impérial, leurs appartements privés, le fumoir, le jardin d’hiver, le théâtre, le salon chinois et le boudoir de l’Impératrice avec ces décors de Marie- Antoinette qu’elle vénérait. À découvrir également la reconstitution à l’identique de l’un des deux cent …