Napoléon III n° 45 : l’exilé de Londres

Napoléon III magazine N° 45 (déc.-janv.-fév. 2019)

Conséquence indirecte de l’exil des Bonaparte, Louis-Napoléon se rendit à de nombreuses reprises à Londres. Provoquées par les événements tout autant que par sa curiosité, ses visites dans la cité britannique inspirèrent largement ses options urbanistiques, en particulier pour les futurs aménagements de Paris. Mais avant cela, c’est surtout au contact de la société londonienne qu’il put mûrir son programme économique et parvint à organiser l’une de ses tentatives de coup d’État. La ville la plus peuplée d’Europe lui avait en effet offert un laboratoire politique hors du commun. En s’y installant et en se laissant gagner par son esprit libéral, il devint un anglophile convaincu. L’amitié de la reine Victoria lui permit alors, après la chute de l’Empire, de trouver un refuge bienvenu en un temps où les cours européennes l’avaient abandonné à son sort. C’est d’ailleurs en terre anglaise qu’il repose depuis sa mort en janvier 1873, dans l’abbaye de Farnborough, aux côtés de son épouse l’Impératrice Eugénie et de leur fils le Prince impérial. Pour un héritier de Napoléon Ier mort à Sainte-Hélène, ce lieu d’inhumation pourrait apparaître surprenant. Mais pour son neveu, l’Entente cordiale était tout simplement en germe.

David Chanteranne,
rédacteur en chef

Le sommaire complet du magazine :
– Dossier : les exils londoniens de Louis-Napoléon, entre plaisirs et réveil politique
Par Jean-Bernard Paillisser, historien
– Éphémérides (déc.-janv.-fév. 1869)
Par Abel Douay, président des Amis de Napoléon III
– Le « terrible défaut » de Louis Conneau
Par Éric Pradelles, historien
– La France abat la République romaine, juin 1846-mars 1849
Par Lionel Marquis, historien
– Jean-Baptiste Callot, curé lyonnais et évêque d’Oran
Par Claude Vigoureux, historien
– Lettres, à Mocquard une vieille amitié indéfectible
Par Denis Hannotin, historien
– L’appartement du Prince impérial au château de Fontainebleau
Par Nicolas Personne, historien
– Les instruments de musique sous le Second Empire
Par Klervi Le Collen, historienne des médias
– La margarine, une invention du Second Empire
Chantal Prévot, historienne
– Charles Gounod, un compositeur à l’ère des bijoux
par Yves Bruley, maître de conférences à l’École pratique des hautes études

Commandez ce numéro en version numérique ou en version papier sur hommell-magazines.com